Anzac Day, des commémorations perturbées mais une ferveur bien réelle

ANZAC Day

Last Updated on 19 avril 2021 by Alexandra Monneret

La journée de l’ANZAC constitue l’un des piliers de la culture australienne. Commémorant les vétérans et les soldats australiens tombés pour la patrie, elle se célèbrera, cette année, depuis le confort de son salon ou encore sur le trottoir de son habitation. Tous les ans, des millions d’Australiens se lèvent au beau milieu de la nuit pour assister fidèlement aux commémorations de l’ANZAC Day. Si les rassemblements de quartier sont quant à eux annulés pour des raisons sanitaires évidentes, la cérémonie nationale est maintenue en comité restreint. Elle sera retransmise en direct à la télévision dès 05 heures du matin. Rendez-Vous Australie revient sur un pan capital de l’histoire australienne.

L’engagement australien, un soutien reconnu 

En 1914, l’île-continent est encore un pays émergent, faiblement peuplé et nouvellement indépendant. En effet, ce n’est que treize ans plus tôt, en 1901, que le Commonwealth d’Australie est créé et devient un État indépendant de l’Empire britannique (bien que celui-ci conserve des prérogatives souveraines).

Malgré sa récente création, la jeune nation décide pourtant d’envoyer des contingents de l’Australian Imperial Force dès septembre 1914 en Nouvelle-Guinée allemande (actuelle Papouasie-Nouvelle-Guinée) où ils s’illustrent remarquablement et obtiennent la reddition des Allemands. 

À partir de 1915, l’Australie et la Nouvelle-Zélande décident de combiner leurs forces et forment le 25 avril de la même année l’ANZAC, Australian and New Zealand Army Corps, lors du débarquement (the landing) à Gallipoli, en Turquie. Mais les troupes de l’ANZAC connaissent alors un échec sanglant lors de la bataille des Dardanelles qui les oppose aux troupes ottomanes, alliées de l’Allemagne. Plus de 12 000 soldats australiens et néo-zélandais y perdent la vie, aux côtés des soldats de la Triple-Entente.

Cependant, ces pertes dramatiques n’entachent pas le courage et l’engagement de l’Australie. Trois ans plus tard, dans la nuit du 24 au 25 avril 1918, les troupes australiennes stoppent vaillamment l’avancée allemande à Villers-Bretonneux, dans la Somme. Le succès de la stratégie militaire engagée par les Australiens sauve ainsi la ville d’Amiens d’une occupation ennemie et permet aux Alliés de planifier leur contre-offensive. 

Au total, l’Australie a mobilisé près de 450 000 hommes, soit 10 % de sa population totale en 1914 ; 60 000 y ont perdu la vie. Les officiers français et les Poilus, dans leurs correspondances et témoignages, ne cesseront de louer unanimement les qualités individuelles et collectives de dynamisme et de courage de ces soldats venus du bout du monde. 

ANZAC Day, la plus grande commémoration nationale australienne

En 1919, l’Australie signe le traité de Versailles en tant que nation indépendante et victorieuse. Consacrant ainsi la naissance du pays sur la scène internationale. Bien que célébré dès 1916, ANZAC Day devient officiellement un jour férié en 1921, commémorant ainsi l’engagement et le sacrifice des troupes australiennes à Gallipoli et à Villers-Bretonneux.

Ces dates marqueront à jamais l’histoire d’un pays et d’un peuple en devenir. La Première Guerre mondiale constitue une véritable épopée fondatrice pour la jeune nation. Dès lors, commence à émerger l’identité australienne telle que nous la connaissons aujourd’hui. Car loin des zones des combats, les Australiens ont souvent idéalisé le rôle de leurs soldats à travers des représentations collectives, relevant parfois plus d’une forme mythologique que de la réalité historique selon les historiens.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’ANZAC DAY est également désigné pour commémorer tous les Australiens tués lors d’opérations militaires et de maintien de la paix. L’évènement est, à ce jour, la plus grande commémoration nationale australienne, prévalant sans commune mesure sur les cérémonies du 11 novembre (Remembrance Day) et du 8 mai (Victory in Europe Day).

Traditions de la journée de l’ANZAC

Les cérémonies du 25 avril sont organisées dans tout le pays mais aussi en Nouvelle-Zélande, en France, en Belgique, en Turquie, en Angleterre, en Nouvelle-Calédonie, aux îles Cook, aux Samoa et à Niué. Les Australiens se rassemblent autour des monuments aux Morts aux premières lueurs du jour pour Dawn Service (vers 05 heures du matin), commémorant ainsi le débarquement des troupes sur la péninsule de Gallipoli aux aurores du 25 avril 1915. 

L’instant est solennel. Des hymnes et des prières sont récités ; des gerbes de fleurs sont déposées ; plusieurs discours sont prononcés et une minute de silence est observée. S’en suivent, plus tard dans la journée, de multiples défilés militaires où se mêlent de nombreux vétérans et civils, qui arborent fièrement leurs médailles ou bien celles de leurs aïeux disparus, sous les applaudissements de la foule.

Chaque année, le public est fidèle au rendez-vous. Les Australiens, tout âge confondu, font preuve d’un patriotisme sincère. Beaucoup d’entre eux portent un brin de romarin sur leur veste en souvenir de Gallipoli où l’arbrisseau poussait à l’état sauvage. Ou bien un coquelicot en boutonnière (red poppy), symbole hérité des champs de bataille sur lesquels cette fleur sauvage repoussa sereinement.

C’est également l’occasion de déguster les biscuits de l’ANZAC. À l’époque, les familles de soldats partis combattre au front leur envoyaient de biscuits secs qui ne périmaient que très lentement. Même si les recettes diffèrent un peu, les ingrédients principaux sont de la farine, du sucre, du beurre, des flocons d’avoine, de la noix de coco déshydratée et de la mélasse raffinée.

Demain, la cérémonie nationale de l’ANZAC Day sera célébrée à l’Australian Memorial War à Canberra en comité restreint. Elle sera transmise en direct à la télévision sur ABC dès 05 heures du matin ou sur Internet, depuis le site de la chaîne. De nombreux Australiens ont également invité, sur les réseaux sociaux, leurs concitoyens à se rassembler devant leurs maisons à l’aube pour perpétuer le souvenir de l’ANZAC.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*