Australia Day : les raisons de la colère

Australia Day 2021

Last Updated on 31 mars 2021 by Fiona Berrocal

À peine les fêtes de fin d’année terminées, les décorations de Noël dans les magasins ont fait place aux drapeaux australiens et aux milliers de goodies patriotiques. Tabliers, nappes, couverts en plastique, casquettes, claquettes ou encore maillots de bain ! Tout se décline aux couleurs de l’Australie. Alors que le pays s’apprête à célébrer sa fête nationale sur fond de crise sanitaire, une question divise toujours autant une partie de la population. Australia Day ou Invasion Day ? Comme tous les ans, à l’approche des festivités, le débat ressurgit. La fête nationale australienne doit-elle être célébrée le 26 janvier ? Pour ses défenseurs, elle pose les fondations de l’Australie contemporaine.  Pour ses détracteurs, elle symbolise des décennies de souffrance et l’agonie des peuples aborigènes. 

Australia Day, pourquoi le 26 janvier ?

Australia Day, Foundation Day, Anniversary Day, Survival Day, Invasion Day, Day of Mourning, autant de noms pour autant de façons d’interpréter l’Histoire. À ce jour, la fête nationale australienne est officiellement désignée Australia Day ou 26 January. Cette journée commémore ainsi l’arrivée de la Première Flotte (The First Fleet) et la prise de possession de la Nouvelle-Hollande par la couronne britannique le 26 janvier 1788. 

En effet, dix-huit ans après le débarquement de James Cook à Botany Bay, l’Angleterre fait de l’Australie une nouvelle colonie pénitentiaire. Ce jour-là, onze navires accostent à Sydney Cove. À son bord, près de 1500 personnes. Des officiers, des matelots et leurs familles, mais aussi des prisonniers. Parmi eux, presque deux cents femmes et quatorze enfants, tous condamnés. Suivront toujours plus de bagnards et de colons libres. 

C’est aussi le début de la colonisation et d’une lente agonie des peuples aborigènes. Dépossédés de leurs terres, chassés, réduits en esclavage, décimés par les maladies, les premiers habitants de l’Australie ont longtemps subi les méfaits de la colonisation britannique. 

La contestation gronde

Aujourd’hui encore, malgré les excuses publiques du Premier ministre Kevin Rudd en 2008, leurs descendants peinent à s’en remettre et à trouver leurs marques dans une société australienne très occidentalisée.

Ainsi de nombreux Aborigènes et sympathisants de la cause indigène refusent de célébrer cette journée qui, selon eux, marque le début du déclin de leur peuple et de leur culture.

Chaque année, en marge des festivités, des marches ou des sit-in protestataires ont lieu afin de revendiquer un changement de date qui ne soit pas associée au passé colonial de l’Australie, tout en dénonçant les inégalités sociales qui subsistent au sein des communautés aborigènes.

Australia Day ou Invasion Day ?

À la veille du jour férié, la polémique enfle. Une fois n’est pas coutume, la chaîne d’informations publique ABC s’est attiré les foudres de l’opinion publique. Dans un mémo interne, la direction a autorisé les journalistes de la chaîne à employer les noms officiels (Australia Day, 26 January), y compris Invasion Day et Survival Day, selon le contexte des reportages réalisés ce jour-là. 

Une décision qui fait couler beaucoup d’encre et qui déplaît fortement au Premier ministre actuel, Scott Morrison. Ce dernier souhaite que le 26 janvier demeure Australia Day pour tous les Australiens. Il a d’ailleurs rappelé que cette fête nationale ne célébrait pas l’arrivée de la Première Flotte « mais le chemin parcouru ensemble depuis ce jour ».

Un discours soutenu par Jacinta Nampijinpa Price, figure proéminente dans les communautés aborigènes. Selon la jeune femme, changer de date ne résoudra pas les problèmes de violences domestiques et d’alcoolisme dans les communautés. « Nous célébrons déjà National Sorry Day le 26 mai. Australia Day est bien le jour qui célèbre l’Australie que nous avons construite ensemble et il doit refléter l’ensemble des communautés du pays » a-t-elle déclaré sur ABC.

Quelle alternative au 26 janvier ?

Alors que beaucoup de pays anciennement colonisés ont choisi la date de leur indépendance pour célébrer leur fête nationale, l’Australie commémore l’arrivée des tous premiers convicts sur son continent le 26 janvier 1788.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce sont les bagnards ayant retrouvé leur liberté qui sont les premiers à fêter ce jour. À partir de 1837, des journaux de l’époque mentionnent des rassemblements officiels en souvenir du débarquement de la Première Flotte à Sydney Cove. Et ce n’est que le 26 janvier 1935 que la fête nationale est officiellement reconnue dans tous les États du pays.

Mais cette date est particulièrement controversée et massivement rejetée par les communautés aborigènes. Elles réclament qu’une nouvelle date soit proposée afin de refléter l’histoire commune de la nation. Une idée qui a fait son chemin et qui trouve de plus en plus de sympathisants. En 2017, la mairie de Fremantle en Australie-Occidentale avait créé la polémique en reportant les festivités au 28 janvier.

De nombreuses alternatives ont été proposées dont les 1er et 19 janvier, le 8 mai, le 9 juillet, etc. Parmi elles, la date du 27 mai a été évoquée à plusieurs reprises. Elle fait référence au référendum organisé ce même jour de l’année 1967, qui accorde le statut de citoyens aux Aborigènes et insulaires du détroit de Torres. 

Mais dans un récent sondage commissionné par l’Institute of Public Affairs, 71 % des Australiens considèrent que le 26 janvier doit demeurer jour de fête nationale.

Australia Day vu par la pub !

Tous les ans depuis 2004, à l’occasion d’Australia Day, Meat and Livestock Australia (une sorte de fédération des métiers de la viande et des éleveurs de bétails) diffuse un spot publicitaire très attendu par le grand public. Plus connu sous le nom de « Share the Lamb Ad », on y fait la promotion de la viande d’agneau, vedette des barbecues ce jour-là, sous des airs rassembleurs. 

Le ton se veut particulièrement humoristique. On y retrouve de nombreuses références culturelles locales qui font écho à l’actualité. Des personnalités australiennes y font souvent des apparitions. Le politiquement correct est parfois chatouillé, mais dans l’ensemble le résultat est convaincant.

Bien sûr la campagne 2021 ne pouvait pas faire l’impasse sur la crise sanitaire. L’Australie étant un pays fédéral, les frontières étatiques se ferment et se rouvrent au gré des contaminations déclarées. Un créneau dans lequel les publicitaires de l’agence The Monkeys se sont engouffrés. 

On se retrouve donc en 2031, dans une Australie plus que jamais divisée. Des murs gigantesques séparent les États du pays jusqu’au jour où… une odeur de grillade se fait sentir à travers les fissures d’un mur !

Un vieil homme s’y penche lorsqu’une main lui tend une côtelette d’agneau qu’il accepte volontiers, devant un policier qui ne peut non plus y résister. Interpellés, les passants se laissent envahir par un désir irrépressible d’en déguster à leur tour, et se jettent à l’assaut du mur qu’ils parviennent à détruire. Et l’Australie se retrouve alors unifiée autour d’un barbecue ! On notera aussi la plaisanterie sur le Premier ministre Scott Morrison…

La campagne 2021 s’appelle Make Lamb, Not Wall. Littéralement : Faites l’Agneau, Pas de Mur. Une référence au slogan anti-guerre issu de la contre-culture des années 1960 aux États-Unis, Make Love, Not War (Faites l’amour, pas la guerre). Deux minutes trente qui ont le mérite de nous faire rire.

Parmi les campagnes qui se sont succédé, mention spéciale pour celle de 2017 qui nous a offert un spot publicitaire illustrant à merveille le vivre-ensemble !

On y découvre trois Aborigènes autour d’un barbecue sur une plage d’Australie quand soudain débarquent un premier navire hollandais, puis la flotte britannique, les Français, etc. Toutes les grandes vagues migratoires sont ainsi représentées.

Le spot se termine alors qu’un bateau de « boat people » est sur le point d’arriver. C’est alors qu’une femme interroge l’assemblée qui acquiesce largement : « Attendez, ne nous sommes pas tous des boat people ? ».

Le cas de la Nouvelle-Calédonie

À 1500 kilomètres des côtes australiennes, la Nouvelle-Calédonie s’est penchée sur le sujet. Pays d’outre-mer français, l’archipel célèbre toujours la fête nationale française le 14 juillet. Défilé militaire, bal des pompiers, feux d’artifices et drapeau tricolore… Les traditions sont respectées. 

En revanche, afin de préserver le « destin commun » des Calédoniens tel que défini dans les Accords de Nouméa, la prise de possession du territoire par la France en 1853 est devenue une date symbolique. Ainsi, à l’initiative de Déwé Gorodey, femme leader indépendantiste kanak, le 24 septembre est célébré comme la fête de la citoyenneté. 

Aujourd’hui, ce jour férié peine à rassembler toutes les communautés de l’archipel. En effet, de nombreuses récupérations politiques sont observées tous les ans. Journée de la citoyenneté pour les uns, journée de deuil pour les autres… Une nouvelle date pourrait être proposée. La date de la signature des Accords de Matignon le 26 juin a été plusieurs fois mentionnée.

Alors que l’archipel sera bientôt appelé à s’exprimer pour la troisième fois sur son avenir au sein de la République française, le débat anime toujours. Et la question se pose encore : comment construire une nation pluricommunautaire sur les fondations de la colonisation ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*